« Ils vont raser Centrale … les boules »

borne-centraleIls seront nombreux les Centraliens qui auront à l’aube du 21 mai, le cœur gros. Ils auront attendu la dernière note, que les derniers spots se soient éteints et que la lumière soit allumée pour quitter la piste de danse et se disperser en petits groupes dans la résidence dans l’attente du dernier lever de soleil sur Centrale à Chatenay.

Il nous faut donc dire adieu à cet endroit qui avec le temps ne s’était certes pas arrangé mais qui recèle, pour beaucoup, de très beaux et magnifiques souvenirs. Nous y avons passé ensemble 3 années, parmi les plus belles, déterminantes pour nos vies personnelles et professionnelles. Pour la plupart, après 2 ou 3 années de prépa, Centrale à Chatenay c’était revivre ou tout simplement vivre. Des amitiés toujours infaillibles se sont nouées, des couples s’y sont faits (et défaits), certains y ont découvert leur profession d’autres ont pu, enfin, assouvir leur passion. Centrale à Chatenay, c’est l’énergie que presque cinquante promotions ont apportée les unes après les autres.

Centrale à Chatenay est la dernière victime de la Mondialisation. Classement de Shangaï oblige, on nous explique que Centrale est trop petit et trop hexagonal. La concurrence n’est plus avec l’X ou les Mines mais le MIT, Harvard, les universités Allemandes et toutes les autres. Il faut donc vivre avec son temps et fusionner avec Supelec et déménager à Saclay ou plutôt Paris-Saclay, le nouveau pôle universitaire qui sous sa marque « ombrelle » pourra regrouper les meilleurs établissements de la région Ile de France.

Demain, le Campus de Chatenay sera vidé, laissé aux mains des démolisseurs et rasé. A sa place, sera certainement construit une résidence dont le nom devrait être entre « les jardins de Centrale », « Villa Centrale » ou « le Clos Centrale », je ne donne pas cher au dernier à moins qu’on y fasse une annexe de Fresne. De toute façon, on ne nous demandera pas notre avis.

Centrale à Chatenay, c’est comme la vieille tante d’Asnières qu’on ne voyait plus mais qu’on savait être toujours là. On pensait qu’on avait tout le temps pour aller la voir, lui demander de ses nouvelles et puis un jour elle a disparu sans prévenir. Il ne reste que de vagues souvenirs de bonbons et de billets qu’elle nous donnait en cachette.

Alors ne la laissons pas partir comme ça. Préparons-lui une formidable fête d’Adieu, pour Elle mais aussi, et surtout, pour Nous.

Cette entrée a été publiée dans ECP87. Bookmarquez ce permalien.

3 réflexions sur “« Ils vont raser Centrale … les boules »

  1. Merci pour ce premier post ; je pense que as bien traduit ce que ressent notre génération (au moins pour moi ; pas sur d’être représentatif ).
    Pour finir dans le pathos, je dirais (encore dans mon cas) que, crise des 50 ans pas loin, la démolition de l’école, c’est finalement notre jeunesse qui s’en va a jamais… snif

    J'aime

Répondre à MLM Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s