Vacances été 85

Les vacances d’été 85 ont été une extension de la vie à la Résidence.

Une partie de l’étage avait décidé de faire un train trip : Paris / Berlin / Vienne / Athènes puis les îles grecques. A l’époque il existait une offre qui permettait aux jeunes de circuler en train pendant les vacances gratuitement en Europe et à moitié prix pour les trajets dans le pays d’origine.

Nous voilà donc tous fin juillet place de l’Etoile pour notre tour d’Europe.

L’arrêt en Allemagne s’est fait dans une auberge de jeunesse qui était une grande tente où plus de 100 personnes pouvaient dormir à même le plancher.

En partant, l’un d’entre nous – le conducteur de la voiture dans l’histoire des lunettes noires – décida de laisser pour nos suivants  un gros bout de camembert bien caché dans un trou du plancher. Il accompagna ce geste d’une phrase pleine de générosité « on va leur laisser un petit souvenir de France ».

A Vienne, impossible de trouver une auberge de jeunesse et il fallu se résoudre vers minuit à dormir dans un parc de la ville. Deux policiers du coin, hilares, nous ont réveillés vers 3 heures en nous mettant la lumière de leurs torches dans la figure. Nous avons donc terminé devant la gare à attendre que le train pour Athènes arrive afin d’y terminer notre courte nuit.

Nous n’étions malheureusement pas les seules à attendre et il fallu bien faire ami-ami avec une faune de personnages mi-SDF mi-camionneur baragouinant d’étranges syllabes et nous proposant en guise de cadeau des canettes d’une bière bas de gamme (et en plus, j’aime pas la bière).

Le trajet Vienne-Athènes passait par la Yougoslavie. Lors du premier arrêt dans ce pays, nous vîmes littéralement surgir dans le wagon une foule compacte de yougoslaves. Cette foule envahit aussi notre compartiment, nous marchant sur les pieds et nous parlant dans une langue que nous ne comprenions pas. A croire qu’il n’y avait qu’un seul train par jour qui traversait la Yougoslavie et que c’était le notre.

Le séjour dans les îles grecques fut plus reposant. Nous décidâmes de rester sur la plage d’une île qui :greece-elafonisi-island-beach-at-summer-exotic-seaside-view-of-clear-sea-water-with-blue-dky

  • n’était accessible que par petit bateau
  • ne possédait qu’un seul bar / boutique et qu’un seul véhicule
  • ne fournissait ni eau courante, ni confort minimum aux pauvres voyageurs

Nous dormions donc sur la plage à la belle étoile et nous nous rasions à l’eau de mer.

Loin de tout.

Cette entrée a été publiée dans ECP87. Bookmarquez ce permalien.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s